Robert Parant, photographe des artistes espagnols

De la plongée dans les archives de Julián Antonio Ramirez et Adelita del Campo, conservée à la Biblioteca Valenciana (fonds AJARAC) a surgi la figure du photographe Robert Parant, actif à Montluçon à partir de 1945. Il y fait notamment son premier reportage photographique sur les funérailles de Marx Dormoy, assassiné par l’extrême-droite en 1941. Julián et Adelita l’ont manifestement rencontré en 1943 à Combronde (Puy-de-Dôme) où il aurait été, d’après l’autobiographie de Julián, un proche de Madame Dumas qui gérait le centre d’accueil des enfants espagnols de la petite municipalité du Massif Central.

Robert Parant a fait une série de photographies d’Adelita dans ses différents costumes de scène, ainsi que quelques photos de Julián en M. Loyal et des parents d’Adelita Francisco Carreras et Ina Taurà, dans leurs personnages de théâtre, Pakini et Ina.

Ces photographies grands formats et colorisés sont rassemblés dans un des albums du fonds AJARAC, un book avec ces photographies, des programmes et des articles de presse.

Les agendas d’Adelita del Campo

Carlos Ramírez Carreras, fils d’Adelita del Campo et de Julián Antonio Ramírez, a déposé une grande partie des archives de ses parents à la Biblioteca valenciana Nicolas Primitiu (fonds AJARAC). Mais il a conservé quelques pièces, comme les agendas de sa mère, qu’Adelita del Campo a commencé dès la guerre d’Espagne jusqu’à sa mort en 1999.

L’historien Francisco Moreno Sáez a entrepris la transcription de ce très riche témoignage intime de la vie d’une exilée espagnole, qui note jour après jour à la fois ce qu’elle fait mais aussi ses sentiments et ses impressions.

Les années 1940 et 1941 sont manquantes, mais Francisco Moreno Sáez a déjà partagé la transcription des années 1942-1944 :

Album-photos « Exilio en Francia febrero 1939 a […] » AJARAC

Biblioteca Valenciana Nicolau Primitiu, AJARAC 317 (page 1)
BVNP, AJARAC 317 (page 2)

Album-photo « De los tres años de guerra » AJARAC

Les archives personnelles d’Adelita del Campo et de Julián Antonio Ramírez conservées à la Biblioteca Valenciana Nicolas Primitiu (BVNP) comptent un riche fonds iconographique, composé de sept albums-photos et de nombreuses photos isolées : trois d’entre eux sont composées de photos personnelles, tandis que les quatre autres sont des books liés à leur activité théâtrale.

L’album-photo intitulée « De los tres años de guerra » (AJARAC 315) a été réalisé par Adelita del Campo avec des photos prises entre 1937 et 1938 qu’elle a réussi à emmener en France lors de la Retirada et qu’elle a pu conserver tout au long de son itinérance en France pendant la Seconde Guerre mondiale (voir article de Sandrine Saule, « Des chemins de l’exil à la Biblioteca Valenciana Nicolas Primitiu : les archives de Julián Antonio Ramírez et d’Adelita del Campo », Exils et migrations ibériques aux XXe et XXIe siècles, n°13-14, été 2022).

Une pièce de théâtre à Mauthausen ?

Llibert Tarragó a trouvé cette pièce de théâtre dans les papiers personnels de Joan Tarragó. Le texte manuscrit est incomplet et ne mentionne ni date ni auteur (voir l’entretien avec Llibert Tarragó par Sandrine Saule, « Une pièce de théâtre à Mauthausen ? » et l’article de Llibert Tarragó « Enchevêtrement et enlacement, parfois encombrement… » dans le numéro 13/14 de la revue Exils et migrations ibériques aux XXe et XXIe siècles).

La pièce a été transcrite et traduite du catalan par Anne Charlon.

ACTE I, Scène 1, Odette et Fritz.

Odette : Tu dois en être sûr, les maquisards sont une réalité.

Fritz : Tes maquisards ne me font pas peur.

Odette : Fritz, tu ne connais pas le caractère de ce peuple.

Fritz : Écoute, Odette, ne t’inquiète pas, s’il y avait le moindre péril, la Gestapo veille.

Odette : Pourvu que tu aies raison ! Mais après l’attentat contre ce général à Paris, je suis convaincue qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé.

Fritz : Écoute, je vais te convaincre immédiatement. (Il prend le téléphone) Allo ! Allo ! C’est toi, Julien ?… C’est Fritz… Oui… J’ai besoin de te voir immédiatement… Oui, c’est urgent… D’accord, viens ici au bureau. (Il repose le téléphone).

Odette : C’est qui, ce Julien ?

Fritz : C’est un fils de la France/ C’est un français, mais il pense en allemand.

Odette : Est-ce qu’il est sûr, au moins ?

Fritz : Comme  toi et comme moi-même. C’est un chef de la milice.

Odette : Et tu as des nouvelles de la fiancée de Jacques ?

Fritz : Ils se marient demain.

Odette : Ce n’est pas possible !

Fritz : René me l’a dit ce matin.

Odette : Puisque tu parles de René, sais-tu qu’il ne me plaît pas du tout ?

Fritz : Pourquoi dis-tu cela ?

Odette : J’ai toujours eu l’impression qu’il est plus pour les maquisards que pour nous.

Fritz : Il est bien obligé ! Un espion doit toujours démontrer le contraire de ce qu’il pense. On frappe à la porte. Entrez !  Julien entre.

Scène 2, Odette, Fritz, Julien.

Julien : Excusez-moi si j’ai mis du temps, mais j’étais en train de lire le rapport que m’a envoyé René ; il est très intéressant.

Fritz : Tu l’as apporté ?

Julien : Oui… mais…

Fritz : Tu peux parler sans crainte. Odette est au courant de tout, c’est ma collaboratrice.

Julien (sortant un papier de sa poche) : Tenez, c’est un rapport complet sur le maquis.

Fritz : Mais le maquis n’existe pas.

Julien : C’est une réalité.

Fritz : C’est précisément pour cela que je t’ai appelé. Nous ne sommes pas d’accord avec Odette et je veux connaître ton opinion.

Julien : Sur le maquis ?

Fritz : Oui. Toi, tu crois à ces histoires ?

Julien : J’en suis absolument sûr et, de plus, le rapport est très clair.

Odette : Tu ne voulais pas me croire mais les faits vont te convaincre.

Fritz (il lit le rapport) : Après avoir filé de nombreuses fois des individus que je soupçonnais, j’ai découvert qu’un dénommé Alexandre est en relation avec des maquisards. C’est lui qui transmet les ordres du maquis à la résistance qui s’est formée dans la ville.  C’est un individu très dangereux et malin. Je n’ai pas pu l’approcher mais je suis sûr que la Gestapo pourrait le faire parler. Quant au dénommé Jacques, je n’ai rien pu découvrir de concret mais je crois que, vu son état de santé, il a besoin de changer d’air. A Cherbourg ou dans le Pas de Calais, car je suis sûr que s’il n’est pas encore partie prenante dans le maquis, il ne va pas tarder à y entrer. ( S’adressant à Julien) Débrouille-toi pour m’amener cet Alexandre. Je découvrirai ce qu’il a dans le ventre.

Odette : Je le connais et je t’assure qu’il ne se fera prendre que par surprise.

Fritz (qui sonne) : Tu as besoin de combien d’hommes, Julien ?

Julien : Il vaudrait mieux que je ne participe pas.

Fritz : Tu as peur ?

Julien : Non, mais s’ils me voient, c’en est fini du travail utile que je peux faire pour la cause que nous défendons.

Fritz : Tu as raison. Il vaut mieux que tu continues ton travail sans qu’ils sachent qui tu es. C’est bon. (On frappe à la porte. Entre un soldat allemand.) Préviens l’officier de garde. (Le soldat salue et sort.)

Julien : Est-ce que je donne d’autres ordres à René ?

Fritz : Non. Qu’il continue de surveiller Jacques.

Julien : Cela lui sera facile. Ils sont très amis. C’est son témoin demain, pour son mariage.

Odette : Il se marie finalement avec cette Espagnole ?

Julien : Oui, Maria et il va s’occuper de sa cousine Rosa. Et le Gestapo s’occupera d’eux trois. Ils rient.

(On frappe. Entre un officier.)

Fritz : Prenez toutes les précautions et ne revenez pas avant de m’amener l’individu que vous indiquera le guide que vous donnera Mr Julien (traduction incertaine …i no torneu sense portar-me l’individuo que vos indicara el guia que vos donarà M. Julien)

Officier : Et s’il résiste ?

Fritz : Vous connaissez votre devoir.

(L’officier sort.)

Julien : Je vais désigner un homme qui les accompagnera. Autre chose ?

Fritz : Non et s’il se passe du nouveau, je vous préviens.

(Julien sort.)

Odette : Tu vois, j’avais raison quand je te disais que c’est bien organisé.

Fritz : Ne t’en fais pas, bientôt je les aurai bien désorganisés. (La porte s’ouvre. Entre le général Von Artek.) A vos ordres, mon général.

Artek : Je viens de voir l’officier avec 12 soldats, il se passe quelque chose ?

Fritz : Ils sont allés arrêter un type dangereux qui, d’après nos informations, est en relation avec les maquisards.

Artek : Qui est cette dame ?

Fritz : Je voulais précisément vous la présenter. C’est ma meilleure collaboratrice. Odette, voici le général Von Artek.

Odette : Mon général, c’est un grand honneur pour moi.

Artek : Enchanté de faire votre connaissance. Dans un moment nous passerons dans mon bureau, j’ai des choses à vous dire.

Odette :  Je suis à vos ordres.

Artek (s’adressant à Fritz) : Quand l’individu arrivera, prévenez-moi, je veux assister à son interrogatoire.

Fritz : A vos ordres, mon général. (Le général sort.)

Odette : Il m’est très sympathique, tu sais.

Fritz (il lui prend les mains) : Ecoute, Odette,  jure-moi que quoi qu’il arrive, tu es seulement à moi.

Odette : Qu’est-ce qui te prend ?

Fritz : Dans quelques instants, tu vas aller dans son bureau.

Odette : Tu es jaloux ?

Fritz : (riant) : Si tu me trompais…

Odette : Que ferais-tu, si je te trompais ?

Fritz (la prenant par la taille) : N’oublie pas que je suis le chef de la Gestapo et que…

Odette : Tais-toi ! Tais-toi ! (Elle l’embrasse)

Fritz : Vassy ! Ne le fais pas attendre mais n’oublie pas que je ne pardonne pas.

Odette : Même à un général ? (Elle sort)

Fritz (seul) : Non, pas même à un général. Cette femme est comme un venin dans ma vie et pour elle je serais capable de tout. Si Von Artek la convainc… Mais non, elle m’aime et, en même temps, elle me craint. Mais les femmes sont faibles et du seul fait que c’est un général, elle est capable de… Non, je ne veux pas y penser, cela me fait bouillir… Non elle est à moi, elle sera à moi et, s’il veut me la prendre, malheur à lui !(On frappe à la porte.) Entrez ! (L’officier entre.) Vous avez exécuté mes ordres ?

L’officier : Oui. Le prisonnier est ici.

Fritz : Il a résisté ?

L’officier : Il n’a pas eu le temps. Il était au bureau de tabac. Le guide/l’indic nous l’a montré et, quand il est sorti, nous l’avons encerclé. Je l’ai fouillé immédiatement et il portait sur lui un pistolet mitrailleur anglais mais il n’a pas eu le temps de le sortir.

Fritz : Alors il avait une arme anglaise !

L’officier : Oui et je vous assure qu’apparemment, s’il en avait eu l’occasion, il s’en serait servi.

Fritz : Bien ! Faites-le entrer et faites venir les deux soldats qui vont s’occuper de lui.

L’officier : A vos ordres ! Vous avez besoin d’autre chose ?

Fritz : Tenez-vous prêts pour une rafle.

L’officier : Si vous me permettez, je vous dirai que le type en question ne semble pas être de ceux qui parlent.

Fritz : Je ne vous ai pas demandé votre avis. Faites-le entrer et attendez les ordres ! (L’officier salue et s’en va. Aussitôt après, entre Alexandre menotté et encadré de deux soldats.)

Voici donc le fameux Alexandre qui se permet d’organiser la résistance contre les troupes d’occupation.

Alexandre : Je ne sais pas de quoi vous me parler.

Fritz(il lui donne une gifle) : Comme cela tu apprendras à parler seulement quand je te le demande… Qui sont tes complices ? Réponds ! (Il lui donne un coup de poing.) Tu ne veux pas répondre !

Alexandre : Vous êtes un lâche.

Fritz (riant) : Tu te crois très courageux !

Alexandre : Je suis un homme honorable et c’est un courage que tu n’auras jamais, canaille !

Fritz (qui commence à le frapper) : Je vais te montrer ce que cela rapporte de m’insulter (s’adressant aux soldats) Préparez-vous pour un gentil petit interrogatoire. (Les soldats enlèvent leur veste et prennent chacun un fouet. Ils commencent à le frapper. La porte s’ouvre, entre René. Quand Alexandre le voit il semble étonné et René lui fait signe de ne rien dire.)

René : Qui est cet individu ?

Soldat : Quelqu’un qui se croit très fort mais je crois qu’il va bientôt changer d’idées. (Il lui donne un coup de fouet.)

René : Arrêtez ! Laissez-moi avec lui.

Soldat : Nous avons des ordres…

René : Je vous ai dit de sortir ! (Les soldats sortent.) Alexandre, comment se fait-il qu’ils t’aient pris ?

Alexandre : Et toi, qu’est-ce que tu fais ici ?

René : J’obéis aux ordres du maquis, je me fais passer pour un mouchard afin de connaître leurs intentions.

Alexandre : Qui est ton chef ?

René : Je reçois mes ordres par l’intermédiaire d’une jeune fille qui vit dans une ferme.

Alexandre : Je te demande qui est ton chef.

René : Je le connais sous le nom de Michel.

Alexandre : C’est bon.

René : Tu le connais ?

Alexandre : Celui que je connais, c’est toi, espèce de traitre !

René : Je t’assure que tu te trompes, tu peux sauver ta peau.

Alexandre : Oui, en te donnant le nom des camarades pour que tu les vendes comme tu m’as vendu.

René : Tu es injuste, mais je te promets de te prouver bientôt que tu te trompes.

Alexandre : Un Français vendu aux Allemands ! Assassin !

René (en colère) : Ah ! tu ne veux pas me faire confiance, eh bien tu vas voir si tu en as pour les bourreaux qui vont entrer.

Alexandre : Je ne crains aucune torture. (La porte s’ouvre. Entrent Von Artek, Odette et Fritz)

Fritz (à René) : Qu’est-ce que tu fais là ? Où sont les soldats que j’ai laissés ?

René : C’est moi qui leur ai dit de sortir un moment, j’essayais de le convaincre, mais c’est inutile.

Fritz : Sortez et faites revenir les soldats.(René s’apprête à sortir.)

Von Artek : Attendez ! De quel droit donnez-vous des ordres à un soldat allemand ?

René : Mon général… c’était… pour mieux vous servir.

Fritz (le frappant) : Taisez-vous.

Von Artek sonne et un soldat entre :Emmenez cet homme et tenez-le sous bonne garde, je l’interrogerai plus tard. René sort empoigné par un soldat.

Odette (à Fritz) : Je te le disais bien qu’il ne m’inspirait pas confiance.

Fritz : C’est toi qui a parlé de lui au général ?

Odette : Je veille sur toi et je défens notre cause.

Fritz : Fais attention !

Von Artek à Alexandre : Voyons, nous devons parler un peu tous les deux.

Alexandre : C’est inutile, nous n’avons rien à nous dire.

Von Artek : Si tu parles, c’est la liberté, la richesse et tout ce que tu peux désirer, si non…

Alexandre (ironique) : Aucun plaisir ne me tente, je ne crains pas la torture, faites de moi ce que vous voulez.

Von Artek : Réfléchis ! Nous sommes les plus forts. Que pouvez-vous faire, quelques milliers d’hommes, contre nos divisions ?

Alexandre : Nous mourrons s’il le faut mais un jour viendra où la raison et le justice triompheront.

Fritz : Mon général, les soldats chargés de l’interroger attendent à la porte.

Von Artek : Inutile. Conduisez cet homme à la prison en attendant mes ordres.

Fritz (il sonne et les soldats entrent) : Emmenez le prisonnier et veillez à ce qu’il ne s’échappe pas. Ils l’emmènent.

Von Artek : Fritz, allez chercher vous-même René. Fritz sort. Venez ici, Odette. Il l’assoie sur ses genoux. Sais-tu que tu me plais de plus en plus ?

Odette : Prenez garde mon général, si Fritz entrait…

Von Artek : Est-ce que Fritz te fait peur ou bien est-ce que tu l’aimes vraiment ?

Odette : Il m’a menacée si je le quittais…

Von Artek : Ne t’inquiète pas, je trouverai l’occasion de l’envoyer loin.

Odette : Vous vous priveriez de ses services pour moi ?

Von Artek : Quand quelque chose en vaut la peine, je ne lésine pas sur les moyens. Il l’embrasse. On entend des pas et Odette se lève. Fritz entre accompagné de René.

Fritz : Mon général.

Von Artek à René : Depuis quand travaillez-vous pour la Gestapo ?

René : Depuis le début de l’occupation.

Von Artek : Alors vous connaissez le sort réservé aux traitres, hein ?

René : Oui, mon général, la mort.

Von Artek : Pourrais-tu me dire ce que tu faisais la nuit dernière avec trois individus à qui tu parlais à la sortie du village ?

René (tremblant) :  Mon général… j’essayais de… connaître leurs intentions.

Artek : Eh bien moi je connais les tiennes. Tu joues un double jeu et, avec tous ces jeux, tu as perdu. (A Fritz) Emmenez-le et liquidez ce traitre !

René : Mon général, ne me condamnez pas, je vous jure que je serai toujours le plus fidèle de vos serviteurs.

Artek : Cela suffit. Je ne donne qu’un ordre et, quand je le donne, je veux qu’il soit exécuté sur le champ. (A Fritz) Faites ce que je vous ai dit ! (Fritz attrape René par le bras et l’emmène, au bout d’un moment on entend un coup de feu et Fritz entre. Il trouve le général et Odette enlacés et il ressort sans rien dire.

Odette : Si Fritz nous voyait, il serait capable de tout.

Artek : A présent tu vas t’en aller et nous nous retrouverons ce soir pour souper, d’accord ?

Odette : D’accord.

A ce moment on entend des bruits de pas et des cris. Entre Fritz.

Fritz : Mon général, le prisonnier Alexandre s’est échappé !

Artek : Et les soldats qui l’accompagnaient ?

Fritz : Ils sont morts. Ils ont été attaqués par un groupe de maquisards.

Artek : Qu’on fusille 50 otages au milieu de la place. Ils apprendront ainsi ce que vaut la vie d’un Allemand. Donnez les ordres nécessaires et restez ici, je pourrais avoir besoin de vous. Odette, j’ai été enchanté de faire votre connaissance, j’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir. Il sort.

Fritz, l’attrapant parle bras : Alors comme ça , il est ravi de faire ta connaissance, hein !

Odette le cajolant : Mais ne sois pas jaloux, c’est normal et cela n’a rien d’extraordinaire.

Fritz : Tu dîneras avec moi, ce soir ?

Odette : Impossible. J’ai une mission à accomplir et je dois rentrer chez moi pour faire le nécessaire.

Fritz : Quelle est cette mission ?

Odette (riant) : Une mission secrète. Ordre du général Von Artek.

Fritz : Comme tu voudras. Mais aujourd’hui le village est très excité et je vais te faire accompagner. (Il sonne et un soldat entre) Accompagnez cette dame et venez me rendre compte à la fin de votre service.

Odette : Je ne crois pas qu’il y ait de danger, je peux y aller seule.

Fritz : J’ai si peur de te perdre que je préfères que l’on t’accompagne, je ne serai pas tranquille tant que je ne te saurai pas en lieu sûr. A demain, Odette. (Elle sort accompagnée du soldat.) (rageur) Ils me prenaient pour un imbécile ; elle se voyait déjà maîtresse d’un général, mais Fritz veille. Il peut l’attendre à l’hôtel, s’il ne va pas la chercher parmi les 50 otages, il va l’attendre longtemps. Ah, Ah, Ah ! Pour le moment c’est elle qui paie, ensuite nous verrons qui est le plus fort du général qui commande la place ou du chef de la Gestapo.

RIDEAU

ACTE II   Scène 1, Maria et Rosa.

Maria : Cela fait deux jours que Jacques est parti et nous n’avons pas de nouvelles.

Rosa : Ne t’inquiète pas, Maria, tu sais que le jeune homme envoyé par Alexandre nous a dit de ne pas nous en faire, ils veillent et à la première occasion ils le feront échapper.

Maria : Tu peux dire ce que tu veux mais avec l’affaire des otages, la peur ne me quitte pas.

Rosa : Puisque tu parles des otages, j’ai appris aujourd’hui qu’Odette se trouvait parmi ceux qui ont été exécutés sur la place.

Maria : C’est impossible, elle travaillait pour la Gestapo.

Rosa : A ce sujet il court différents bruits et il y en a qui disent que c’est une histoire de jalousie.

Maria : De jalousie ?

Rosa : Oui. Il paraît qu’elle voulait profiter des deux chefs, du général et du chef de la Gestapo.

Maria : Tu vois comment sont les choses. Une fille qui ne sortait jamais, qui n’allait ni au bal ni au cinéma et ne faisait qu’accompagner sa mère.

Rosa : Pauvre femme ! La contrariété de voir la vie que menait sa fille l’a rendue folle.

On frappe

Maria : Qui cela peut-il être à une heure pareille ? Il est presque 11 heures.

Rosa : Ne dis rien. Ils penseront que nous sommes sorties et s’en iront.

On frappe à nouveau, cette fois trois coups puis un.

Maria : Va ouvrir, c’est le signal convenu.

Rosa va ouvrir. Entre Alexandre.

Scène 2. Maria, Rosa et Alexandre.

Alexandre : Bonsoir. Je vous ai fait peur ?

Maria : Oh Alexandre, pourquoi t’exposes-tu ainsi ?

Alexandre : N’aies pas peur, personne ne viendra. Toutes les rues sont gardées par mes hommes.

Maria : Et Jacques ?

Alexandre : Il est parti avec un groupe de travailleurs pour le Pas-de-Calais.

Rosa : Pauvres de nous avec tous les bombardements qu’il y a là-bas !

Alexandre : Ne vous en faites pas, deux camarades ont réussi à s’infiltrer et à la première occasion, ils le ramèneront. Je ne serais pas étonné s’il était ici dans deux ou trois jours ou peut-être demain.

Maria : Dans ma hâte d’avoir des nouvelles de Jacques, je ne t’ai même pas proposé de t’asseoir. Rosa va réchauffer le souper pour Alexandre.

Alexandre : Pas question ! Ne vous dérangez pas ! Dans 5 minutes nous devons avoir quitté le village.

Rosa : Ce sera tout de suite prêt.

Alexandre : Les camarades se sont déjà regroupés et je dois les rejoindre.

Maria : Que prépares-tu ?

Alexandre : Venger les camarades fusillés l’autre jour.

Maria (le prenant par le bras) : Tu m’as dit l’autre jour de ne pas me fier à René. Que sais-tu de lui ?

Alexandre : Ne t’inquiète plus pour cela. Ce que je regrette c’est que nous ne soyons pas arrivés assez tôt pour faire justice nous-mêmes.

Rosa : Il s’est enfui ?

Alexandre : J’ai appris par un soldat polonais qui est de notre côté que le général, se doutant qu’il jouait double jeu, l’a fait fusiller.

Rosa : Je n’aurais jamais cru qu’il nous trahissait. Il avait l’air d’un brave garçon.

Alexandre : Il ne faut jamais se fier aux apparences. (On entend quelqu’un siffler) C’est le signal. Tout est prêt, je dois partir. (Il tend la main à Maria.) Au revoir Maria, au revoir Rosa. Courage et… (On frappe. Alexandre prend son revolver et écoute à la porte, on entend le signal réglementaire. Alexandre ouvre en gardant le revolver à la main et Jacques entre.) Toi !

Maria et Rosa se jettent à son cou.

Scène 3, Alexandre, Jacques, Maria et Rosa.

Maria : Jacques !

Jacques : Oui Maria, c’est moi, je reviens près de toi.

Alexandre : Je ne t’attendais pas avant demain au plus tôt.

Jacques : Nous avons profité d’un mitraillage de la RAF contre un convoi de camions juste à côté de la voie ferrée. Comme le train s’est arrêté nous avons sauté et réussi à nous échapper à travers champs.

Alexandre : Et les deux camarades qui étaient avec toi ?

Jacques : Ils nous attendent avec le groupe.

Rosa : Tu as dit ils nous attendent. C’est que tu comptes repartir ?

Jacques : Ne vous en faites pas. D’ici peu nous serons de retour.

Maria : Vas-y, Jacques. Ton devoir de patriote passe avant ton devoir de mari.

Jacques :  J’aime t’entendre parler ainsi, Maria. Mais dis-toi que bientôt ce sera l’heure de la victoire que nous avons tant désirée et alors je reviendrai pour toujours et rien ne pourra nous séparer.

Rosa : Mais, Jacques, si par malheur…

Maria : Tais-toi, Rosa. Il ne doit rien arriver de mal. Pars, Jacques. Pour le moment ta place n’est pas ici. (Elle l’embrasse.)

Alexandre : Tu as une arme ?

Jacques : Les camarades que tu as envoyés avec moi m’ont donné ce joujou. (Il sort un revolver.)

Alexandre : En avant pour la liberté !

Jacques (Il serre les deux femmes dans ses bras.) : Soyez sans crainte. Celui qui lutte pour la raison et la justice est toujours le plus fort.

Alexandre et Jacques sortent.

Scène 4, Maria et Rosa.

Rosa : J’ai peur.

Maria : Ne crois pas que je sois tranquille mais, vois-tu Rosa, les hommes qui luttent pour une cause noble doivent pouvoir toujours compter sur l’amour des leurs. Ne leur laisse jamais découvrir tes souffrances, pense que s’ils luttent et s’ils s’exposent c’est pour éviter les souffrances de tout un peuple.

Rosa : Je t’admire, Maria. Dorénavant tu n’entendras plus un seul mot pessimiste sortir de ma bouche devant eux. Mais ici, entre nous, que se passerait-il si Jacques avait le malheur de tomber ?

Maria : Ecoute, Rosa, je pense que cela n’arrivera pas, mais si c’était le cas je préfère cent fois être la veuve d’un héros que la femme d’un lâche.

On entend des coups de feu. Les deux femmes se serrent dans les bras l’une de l’autre. Un moment de silence.

Rosa : Je vais voir si je peux apprendre quelque chose.

Maria : Non, Rosa, ne sors pas, il est plus de onze heures et le couvre-feu commence à 10.

 Rosa : C’est que je ne serai pas tranquille tant que… (On frappe en respectant le signal.)

Maria : Va ouvrir, ce sont eux. (Rosa ouvre. Entre un maquisard.) Et Jacques ?

Maquisard : Il est avec le groupe qui a couvert la retraite d’Alexandre.

Maria : Tout a marché comme vous le vouliez ?

Maquisard : Oui. Le général qui a donné l’ordre de fusiller nos camarades ne fera plus fusiller personne.

Rosa : Vous l’avez tué ?

Maquisard : Nous avons fait justice.

Maria : C’est Jacques qui t’envoie ?

Maquisard : Oui. Il m’a demandé de vous dire de ne pas vous inquiéter ; il rejoint le maquis et ce sera lui qui transmettra les ordres à celui qui reste ici à la place d’Alexandre.

Rosa : Alexandre part ?

Maquisard : Après son arrestation et sa fuite, il ne peut pas rester ici.

Rosa : Bien sûr ! Je suis idiote.

Maria : En cas de problème, comment pourrai-je vous avertir ?

Maquisard : Il y aura quelqu’un qui passera toutes les nuits dans les rues. S’il se passe quelque chose d’important, mettez une pierre à côté de la porte. En cas de danger, entrouvrez une fenêtre.

Maria : Compris. Tu as soupé ?

Maquisard : Ne vous en faites pas ! Pendant que nous faisions ce que nous avions à faire, un autre groupe nettoyait l’intendance. Bon ! A la prochaine. (Il donne la main à Maria et Rosa.)

Maria : Au revoir et bonne chance. Dis à Jacques de me faire parvenir des nouvelles quand il pourra.

Rosa : Tu pars tout seul…

Maquisard : Il y a deux camarades qui m’attendent en bas. Au revoir. (Il s’en va.)

Maria et Rosa

Maria : Allez, Rosa, va te coucher, il est tard.

Rosa : Et toi, tu ne viens pas ?

Maria : Je vais rester encore un peu pour avancer les pullover que je tricote.

Rosa : Ne tarde pas trop. (Elle l’embrasse.)

Maria : Va te reposer. (Rosa sort.) Quand mon martyre finira-t-il ? Toute une vie d’angoisse ! Quand j’étais petite, mon père qui luttait pour le bien-être de la classe ouvrière a été assassiné par une main criminelle. Nous avons juré de le venger, mes deux frères et moi. Nous avons continué la lutte à sa place ; pendant la guerre d’Espagne, mon grand frère est mort au front en luttant contre l’envahisseur, le petit a été arrêté et fusillé. Moi j’ai réussi à me sauver avec ma nièce, Rosa et je suis arrivée en France. C’est là que j’ai fait la connaissance de Jacques. Nous nous sommes mariés il y a 10 jours et le lendemain de la noce les Allemands l’ont emmené. Il s’est échappé et il défend la même cause que celle pour laquelle sont morts mon père et mes frères. Est-ce qu’un jour je pourrai vivre en paix ou suis-je condamnée à souffrir toujours de cette manière ?

On entend des pas, elle tend l’oreille. Quelqu’un fait le signal convenu. Elle va ouvrir.

Maria : Jacques, c’est toi ?

Jacques : Oui, donne-moi une chaise, je suis blessé.

Maria : Où ? C’est grave ?

Jacques : Ne t’inquiète pas, j’ai été touché à la jambe. Mais ce ne doit pas être grave puisque j’ai pu venir seul.

Maria (elle le fait asseoir, enlève le mouchoir taché de sang et regarde la plaie. Elle appelle Rosa et apporte des bandes propres.) Rosa, Rosa, viens vite !(Rosa arrive, enfilant une robe de chambre.) Fais bouillir de l’eau, dépêche-toi, Jacques est blessé.

Rosa : C’est grave ?

Maria : Non mais il faut faire un bandage propre pour éviter l’infection.

Jacques : Ne vous en faites pas c’est juste une égratignure.

Maria : Pauvre Jacques, tu souffres mais tu prends sur toi pour ne pas m’inquiéter.

Jacques : Non, non, j’ai l’impression que ma jambe est engourdie.

Maria : A chaud tu ne sens rien, mais tu as une belle entaille.

Rosa (qui arrive avec un broc) : Tiens, de l’eau bouillante, c’est ce qu’il te faut.

Jacques : Comme vous êtes bonnes !

Maria : Allez, allonge ta jambe et ne bouge pas. (Elle nettoie la blessure et fait un bandage.)Tu as eu de la chance, un peu de plus et l’os était touché.

Jacques : Tu crois que je vais pouvoir rejoindre le maquis ?

Maria : Il te faudra d’abord plusieurs jours de repos.

Jacques : Impossible. Les camarades attendent l’ordre pour attaquer un convoi de ravitaillement et si je n’y vais pas immédiatement, ces chiens pourront passer tranquillement.

Maria : Ne t’inquiète pas, les camarades auront la nouvelle à temps.

Jacques : Et qui va les prévenir, si je n’y vais pas ?

Maria : Moi.

Jacques : Toi ?

Maria : Oui et ce ne sera pas la première fois que je trompe la surveillance de ces maudits boches.

Jacques : Non, Maria, tu ne peux pas y aller. Tu sais qu’il y a des traitres dans le village qui se méfient de toi et peuvent te suivre.

Rosa : Ne vous en faites pas. Je vais aller à la gare prendre (un billet pour Toulouse. Je descendrai à la gare suivante et je ferai mon devoir de patriote. (1)

Maria (2) : Je suis fière de t’entendre parler ainsi, Rosa. (Elle la serre dans ses bras.) C’est ainsi que parlent les femmes qui veulent la liberté pour leurs enfants.

Jacques (3) : Mais, malheureuse, sais-tu ce qui t’attend si tu te fais prendre ?

Rosa : Jamais une femme espagnole n’a reculé devant le danger.

Jacques (douloureusement) : Et moi qui suis immobilisé ici…

Rosa : Dis-moi, Jacques, qu’est-ce-que je dois faire ?

Maria : Oui, il ne faut pas perdre de temps.

On frappe à la porte. Les deux femmes font passer Jacques dans la chambre et emporte tout ce qui se trouve sur la table. On frappe à la porte à nouveau.

Maria : Un moment ! Le temps de s’habiller.

Rosa ouvre la porte. Fritz entre brutalement, un revolver à la main. En voyant les deux femmes seules, il remet son revolver dans sa poche.

Fritz : Est-ce qu’un certain Jacques Durand habite ici ?

Maria : C’est mon mari mais il est dans le Pas-de-Calais, il travaille pour la Todt.

Fritz : Depuis quand êtes-vous sans nouvelles de lui ?

Maria : J’ai reçu il y a deux jours une lettre où il me disait qu’il était transféré et qu’il m’enverrait sa nouvelle adresse.

(page manquante ?)

Julien : Mettons le feu à la maison.

L’officier : Attendez ! Avant, ligotez cette femme, qu’elle brûle avec ce maudit terroriste.

Ils se mettent à la ligoter. Arrive un autre milicien.

Milicien : Dépêchez-vous, les maquisards arrivent.

Ils sortent tous et emmènent Maria, laissant Jacques seul. On entend des coups de feu. Entre Alexandre. En voyant Jacques mort, il serre les poings de rage et essuie une larme.

Alexandre : Les lâches, ils l’ont assassiné. (Il se tourne vers la porte et fait un signe. Entrent les maquisards qui portent Rosa morte et la déposent à côté de Jacques. Alexandre sort deux drapeaux, l’un français, l’autre espagnol et en recouvre les corps.)

Alexandre : Le sang français et le sang espagnol ont été versés ensemble pour la défense de la démocratie. Devant les cadavres de ces deux héros patriotes, nous jurons de lutter jusqu’à la mort pour en finir avec l’esclavage. Garde-à-vous ! Présentez… armes ! Vive la liberté ! Vive l’union franco-espagnole !

Le rideau tombe lentement au son de La Marseillaise.

FIN

Edition numérique de CArtas de Republicanos Españoles REfugiados y EXILiados en FRancia (CAREXIL)

Le projet UPL CAREXIL-FR est un projet de recherche réalisé dans le cadre de l’Atelier de Romanités Numériques de l’Université Paris 8 (Laboratoire d’Études Romanes, EA 4385), en partenariat avec les Archives Nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine) et le Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines de l’Université Paris Nanterre (CRIIA, UR Études Romanes). Il se propose l’édition numérique et l’étude sociolinguistique et historique de lettres écrites par des réfugié-e-s espagnol-e-s interné-e-s dans des camps français à la fin de la guerre d’Espagne.

Inédites jusqu’à présent, ces lettres ont été écrites pour la plupart par des femmes, certaines aussi par des hommes, d’âge et d’origine diverses, et sont datées entre février 1939 et l’été 1940. Les lettres ont été conservées dans les archives de la CAEERF (Commission d’Aide aux Enfants Espagnols Réfugiés en France), organisation privée reconnue par les institutions françaises et espagnoles en exil, qui prêta un soutien actif aux réfugié-e-s espagnol-e-s, notamment en apportant de l’aide matérielle (habits, chaussures, nourriture) aux milliers de réfugié-e-s interné-e-s dans des camps de fortune.

Pour la grande majorité d’entre elles, ce sont des lettres d’appel à l’aide mais le fonds conserve également les réponses envoyées par la CAEERF et les lettres -en français et en anglais- échangées entre les membres de la CAEERF et les institutions françaises (préfets, maires des communes accueillant des réfugiées, collaborateurs divers…) et autres organisations internationales d’aide en France, en Suisse, en Grande-Bretagne…

Ce fonds inédit, actuellement conservé aux Archives Nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine), constitue par conséquent un matériel exceptionnel pour mieux connaître les conditions dans lesquelles se sont produits l’exil et l’accueil de milliers d’Espagnol-e-s en France. Il permet également de mieux connaître les réseaux de solidarité qui se mirent alors en place et de faire le jour sur l’implication dans ces réseaux de femmes françaises et espagnoles dont le rôle demeure aujourd’hui encore souvent méconnu. Il se prête, enfin, à une étude des répertoires linguistiques disponibles parmi les personnes réfugiées, représentatives d’amples secteurs de la société espagnole. L’édition numérique et l’annotation linguistique et historique du fonds visent en définitive à activer, à mieux connaître et à favoriser la diffusion d’un patrimoine de l’histoire européenne récente, tout en nous aidant à mieux comprendre les défis auxquels sont confrontées dans l’actualité les sociétés européennes.

Plateforme du projet : https://carexil.univ-paris8.fr

Contacts

  • Marta López Izquierdo : marta.li@univ-paris8.fr
  • Allison Taillot : ataillot@parisnanterre.fr